N°38 – Janvier 2017 – Maintien des personnes agées à domicile : cause nationale

Maintien des personnes agées à domicile : cause nationale

personnes agées

Maintenir à domicile, aussi longtemps que possible, les personnes âgées est une cause nationale. L’évolution de la démographie française l’impose pour l’avenir. La question se pose pour  toutes les catégories de population et de nombreuses institutions se consacrent aujourd’hui avec succès à cette tâche en s’appuyant sur le dévouement de ceux et celles qui se rendent dans les domiciles.

Bien sûr, cela concerne d’abord le logement, il doit être adapté à la fragilité qui atteint progressivement les plus âgés d’entre nous. Des efforts sont nécessaires pour l’adapter, des aides y sont consacrées et nous le rappelons par quelques exemples apportés par l’Union Sociale pour l’Habitat.

Mais la question fondamentale est médicale. Le besoin de médecin s’accroit avec l’âge et dépasse les moyens de la médecine de ville. L’hospitalisation ne serait pas toujours nécessaire si chacun pouvait être suivi régulièrement à domicile. Il importe de mettre en œuvre des techniques qui pallient une c carence qui sera de plus en plus aigüe.

La Cofhuat a été mise en relation par son administrateur, Orange, avec la Société Humanis, gestionnaire de caisses de retraite, qui a engagé une action vigoureuse à cet égard dans la Maison des Magnolias dans l’Essonne avec le concours de l’Agence Régionale de Santé d’Ile de France, en s’appuyant sur les progrès techniques proposés par Orange.

Nous nous sommes rendus sur place et avons constaté combien une équipe, directoriale, médicale et paramédicale, animée de principes humanistes et désireuse de n’hospitaliser que ceux qui en ont besoin, pouvait obtenir de résultats, en s’appuyant sur des moyens nouveaux de communication, comme ceux que met en œuvre  Orange.

Nous avons proposé à tous les partenaires concernés, de réaliser un numéro de notre revue sur ce thème. Nous souhaitons ainsi contribuer  à répandre des pratiques qui s’appuient sur les moyens techniques désormais disponibles mais qui ne sont valables que s’ils sont constamment épaulés par une volonté de toutes les parties prenantes, de venir en aide aux plus faibles, physiquement, d’entre nous : des personnes âgées attachées à leur domicile, qui n’auraient pas leur place à l’hôpital s’ils étaient suivis à distance. Ce qui vaut pour les particuliers chez eux, l’est également pour ceux qui vivent en maison de retraite

La Cofhuat remercie vivement ceux qui nous ont accueillis et dont la démarche nous a paru exemplaire.

Published:
Editors:
Genres:
Tags:
Excerpt:

Maintien des personnes agées à domicile : cause nationale

N°25 – Octobre 2010 – Télécentres et mobilités numérique

Télécentres et mobilités numérique

Télécentres et mobilité numérique

La Cofhuat, dans des numéros antérieurs, a déjà eu l'occasion d'évoquer le rôle des nouvelles techniques d'information et de communication dans l'aménagement du territoire, insistant sur le fait,que, désormais, quelque soit le lieu oû l'on se trouve, on n'est plus seul: le médecin de campagne peut consulter utilement des confrères, l'instituteur entretenir ses élèves de sujets qu'ils ne trouvent pas dans leurs livres scolaires, l'industriel se tenir au courant des progrès de la concurrence française ou étrangère, le déplacement physique n'est plus autant nécessaire qu'auparavant.

C'est dans un tel contexte rénové que la notion de télécentre a pu progressivement émerger, elle est le résultat d'une double démarche: la volonté d'une part d'économiser des déplacements de salariés et d'autre part d'adapter le management de l'entreprise pour tirer le parti maximum des techniques nouvelles.

Beaucoup de salariés, soumis à des déplacements longs pour rejoindre leur entreprise, aimeraient accomplir une partie au moins des missions qui leur sont confiées, plus près de leur domicile. Les responsables d'entreprises de leur côté, sont désormais nombreux à pratiquer des techniques de changement continu qui remettent en cause beaucoup de fonctions et rendent la présence physique de chacun des agents moins nécessaire.

La notion de télécentre concilie le désir des salariés d'économiser de la fatigue sans pour autant se sentir isolés comme le sont ceux qui pratiquent le télétravail à domicile et la réflexion qui se développe dans certaines grandes entreprises pour parvenir à des économies de moyens et à une valorisation des tâches. Le rassemblement de salariés provenant de plusieurs sociétés en un lieu unique, ne peut se réaliser que si les élus locaux concernés participent activement à la réflexion. Le télécentre ne peut naître dans un désert culturel.

Je remercie tous ceux qui ont conçu ce numéro. Notre objectif est de présenter ce qui se fait déjà pour donner des idées à ceux qui, intuitivement, conçoivent l'intérêt d'une telle démarche mais qui reculent faute d'information. Jusqu'ici, le Courrier de la Cofhuat était adressé aux maires des communes de plus de 5000 habitants, nous nous efforçons d'abaisser ce seuil à 2000 pour faciliter la diffusion des bonnes pratiques sur l'ensemble du territoire.Le groupe de travail que nous avons constitué sera à la disposition de tous ceux qui voudront s'engager dans la démarche pour les aider à finaliser leur projet.

Published:
Genres:
Tags:
Excerpt:

TRIBUNE
Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique

Agenda numérique pour l’Europe
Neelie KROES

TELETRAVAIL ET NOUVEAUX MODELES DE TELECENTRES EN RESEAU

Témoignages de Pierre DARTOUT, Délégué,  DATAR

Ville Durable au cœur des priorités stratégiques

Actipole21 : Villes et entreprises s’allient pour innover socialement  

Télétravail et bilan carbone : reflet de nos craintes et de notre difficulté à penser autrement ?

Les télécentres peuvent contribuer activement à la performance et à la compétitivité

Advancity, le pôle de compétitivité de la Ville Durable

READ MORE

BENEFICE DU TRAVAIL EN TELECENTRES : POURQUOI LES ENTREPRISES ET ADMINISTRATIONS SE SONT ENGAGEES

Télétravail, une affaire d’équilibre… et d’intérêts réciproques

Une expérimentation du Télétravail à grande échelle pour Atos Origin France

Schneider Electric, acteur engagé pour le développement des télécentres et promoteur de l’efficacité énergétique

Le télétravail et bien plus …
ORCOM

Télécentre : avantages et inconvénients pour les salariés

DEFIS TECHNOLOGIQUES : ILS SONT PRETS

Pôle de compétitivité et Télécentres

Comment réserver et gérer les espaces de travail avec les services associés  

Travail, Ville, Territoires, Télétravail et Télécentres

ACTEURS DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE : TELECENTRES EN MARCHE

Introduction

Un télécentre en zone périurbaine : exemple de Forges-les-Bains

TEN4ALSACE

Le  Conseil général du Finistère innove et ouvre la voie au télétravail

Les télécentres au service du développement rural

Télécentre Sokrate

Témoignage de Philippe Laurent, Maire de la Ville de Sceaux 

Le télécentre du pays de Murat, un outil au service du développement local

AU DELA DE NOS FRONTIERES  

CISCO relève les défis de la ville durable et connectée. L’exemple des Smart Work Centers d'Amsterdam
Aux Etats-Unis,  le General Services Administration (GSA) est à l’avant-garde des initiatives sur le Télétravail.

De nouvelles solutions pour le télétravail en Finlande

COLLAPSE

N°26 – Décembre 2010 – Un logement pour tous ?

Logement pour tous ?

Le doublement en moins de dix ans du prix du mètre carré dans les grandes agglomérations françaises inquiète à juste titre nos concitoyens. Si l’INSEE démontre que globalement, le poids du logement dans le budget des ménages n’a pas connu de dérapage sensible sur cette période, il n’en révèle pas moins des tensions préoccupantes chez les primo-accédants et les ménages modestes.

Cette difficulté des jeunes à entrer sur le marché du logement et des plus modestes à y tenir leur place a été soulignée par la Président de la République dans son discours de Vandœuvre-lès-Nancy, le 11 décembre 2007 : « Depuis les années soixante-dix, le logement représentait 15 % des dépenses de consommation des ménages. Aujourd'hui, le poids des dépenses consacrées au logement atteint les sommets enregistrés pendant la dépression des années trente. C'est en moyenne un quart de leur budget que les Français lui consacrent. »

Dans un marché en tension, les améliorations qualitatives imposées par la loi au nom de la sécurité des ascenseurs, de la maîtrise des consommations énergétiques ou de l’accessibilité aux handicapés, posent elles-mêmes question. Est-il légitime d’imposer des contraintes supplémentaires qui renchérissent sensiblement le coût du logement quand celui-ci est déjà trop cher ? Un logement accessible aux handicapés sera-t-il aussi adapté à un ménage valide ?

Fidèle aux intuitions de ses pères fondateurs, la COFHUAT se devait de se saisir à nouveau de cette question. Elle a choisi de le faire à sa façon, en mettant en valeur ceux qui, parfois humblement et dans la discrétion, imaginent des solutions concrètes aux grands problèmes du moment. Architectes, bailleurs sociaux et privés, responsables politiques et administratifs, designers, techniciens, ont été appelés à faire le point des difficultés et à présenter leurs solutions innovantes. Nous sommes heureux que Monsieur Benoist Apparu, secrétaire d’Etat au logement, ait accepté d’ouvrir ce numéro en y confiant les orientations du gouvernement en la matière.

Notre réflexion porte en filigrane la question du produit logement lui-même : à quoi devra-t-il ressembler demain pour répondre aux attentes profondes des habitants, qui ne sont pas forcément celles de leurs aînés ? Ce numéro ne prétend pas fournir la réponse. Celle-ci s’écrit tous les jours.

La COFHUAT se veut ainsi fidèle à sa vocation : être le lieu où viennent au grand jour les bonnes initiatives. Notre espoir est que ce numéro contribuera à sa mesure à aider le législateur et les pouvoirs publics à améliorer la cadre règlementaire dans un sens réaliste, dans l’intérêt de nos concitoyens.

Published:
Excerpt:
Tribune de Benoist Apparu, secrétaire d’Etat chargé du logement et de l’urbanisme

Jean-Claude Driant : « L’accroissement de l’effort financier des ménages : une approche statistique »

La qualité, oui, mais à quel prix ?

Catherine Carpentier et Emmanuelle Colboc : « Construire des logements en 2010 »
David Molho : « La construction durable et la rénovation thermique : un impératif et une formidable chance de rendre les logements plus accessibles »
Bertrand Delcambre et Patrick Elias : Quelle qualité pour les logements
Christine Demesse : « L’innovation : un remède à la crise du logement ?... »

READ MORE
Le foncier, un élément de poids du budget logement

Bernard Aubert : « Récupération des friches urbaines au profit du logement »
Thierry Bogaert: « Le bonheur par la normalisation ? »
Jean-Pierre Comte : « Le logement social en usufruit locatif temporaire »

Des parcours résidentiels plus fluides ?
Grand témoin : Marie-Noëlle Lienemann
Pierre Quercy : « Des politiques du logement au service des parcours et de la sécurité résidentiels »
Jean-Michel Bélorgey : « Vous avez dit « Droit au logement ? »
Yves Egal : « Quelques leçons sur une comparaison européenne du logement social »
Stéphane Dambrine : «Logement social : la mixité en question »
Postface de Michel Rostagnat
COLLAPSE

N°27 – Juin 2011 – Pôles de compétitivité, grappes d’entreprises, technopoles

Pôles de compétitiité

La Cofhuat considère les pôles de compétitivité comme un des éléments essentiels de la politique d’aménagement du territoire, c’est pour cette raison qu’elle y consacre un numéro de sa revue.

Lorsque j’étais préfet de région, je déplorais le fossé existant entre des entreprises disposant d’un savoir faire, souvent, de haut niveau, et les milieux universitaires et de la recherche existant dans la même région, dont les travaux auraient pu se compléter utilement.

Le mérite de la création des pôles de compétitivité est d’avoir facilité, en bien des endroits et dans bien des domaines, ce rapprochement. C’est pourquoi, il m’a paru utile de décrire leur démarche et de faire connaître ces nouvelles méthodes de travail à tous ceux qui ne sont pas encore entrés dans ce dispositif.

 

La participation des entreprises à des pôles ne concerne pas seulement celles qui sont géographiquement rassemblées en un même lieu, mais aussi des établissements souvent isolés et dont ce dispositif constitue un élément essentiel pour se tourner vers l’extérieur. Préserver leur avenir constitue un objectif majeur d’aménagement du territoire qui intéresse toutes les autorités publiques quelque soit le niveau.

 

Les élus doivent savoir si une entreprise présente dans le territoire qu’ils administrent, est ou non, membre d’un pôle. Si c’est le cas, ils devront s’intégrer au dispositif public prévu dans le cadre de ce pôle, engager le dialogue avec elles sur des sujets fondamentaux comme les transports, le logement, l’enseignement, la culture… et si ce n’est pas le cas, cette méthode de travail pourra, elle aussi, appliquée. C’est une question qui concerne aussi bien le monde rural que les territoires situés en politique de la ville. Le pôle sera dans les deux cas, un aiguillon pour tous ceux qui souhaitent contribuer à la pérennité d’entreprises situées sur le territoire qu’ils administrent. Cette communication n’est pas toujours faite aujourd’hui et les élus concernés ne sont pas assez sollicités à cet égard.

 

Nous formons le vœu que soient mieux diffusés les renseignements contenus dans les banques de données existantes concernant les pôles, pour faciliter une prise de conscience des enjeux. Pour éviter, le plus possible,des délocalisations d’entreprises existant dans des petites villes qui déséquilibrent gravement le marché de l’emploi, il importe de tout mettre en œuvre pour rompre un isolement qui ne favorise pas le progrès, la problématique des pôles est , à cet égard, essentielle.

Published:

N°28 – Janvier 2012 – Préserver la biodiversité, Un enjeux National

Préserver la biodiversité : un enjeu national

Le Courrier de la Cofhuat a cette année dix ans d’existence. Lors que nous nous sommes engagés dans ce mode de communication, notre objectif était de mieux faire connaître les travaux de nos groupes de travail sur les sujets essentiels d’actualité. Nous avons, depuis, progressé, nous avons élargi la diffusion et veillé à ce que chaque numéro soit organisé plus qu’au départ, autour d’un thème. Nous avons pu ainsi couvrir, trimestre après trimestre, de façon satisfaisante, nous le pensons, le spectre des activités de la Cofhuat.

Dix ans d’expérience permettent aussi de jeter un regard sur ce qu’il y a lieu d’améliorer. Nous pensons qu’il manque à la revue, des informations sur les initiatives prises par nos adhérents. Nous leur proposons de les faire désormais connaître aux publics variés que nous rencontrons lors de nos conférences ainsi qu’à ceux qui sont en relation avec nous. Le présent numéro s’engage dans cette direction. Nous réfléchissons aussi à la manière d’atteindre des personnes qui ne figurent pas aujourd’hui dans la liste de diffusion et qui profiteraient utilement des informations que contient la publication. Nous pensons notamment aux salariés des organisations adhérentes à qui ne parviennent probablement pas ces textes.

J’en viens au sujet d’aujourd’hui : l’attitude des opérateurs d’infrastructures face au problème de la biodiversité qui nous a été proposé par notre adhérent, l’Association Professionnelle Autoroutes et Ouvrages Routiers, et auquel se sont joints d’autres opérateurs d’infrastructures comme EDF ou le Port du Havre, ainsi que la Caisse des Dépôts et Consignations avec sa filiale CDC Biodiversité.

La construction et l’entretien des grandes infrastructures imposent des devoirs à ceux qui en ont la responsabilité. Quand un maître d’ouvrage projette un équipement nouveau, il se doit de respecter la loi dans toutes ses composantes, c’est le cas depuis toujours de l’archéologie, c’est aussi celui du respect des équilibres de la nature. Le sujet a fait l’objet d’une attention spéciale lors du Grenelle de l’Environnement mais les maîtres d’ouvrages n’avaient pas attendu ces textes pour veiller au respect de la biodiversité lors des travaux de construction ou ceux d’amélioration.

Je remercie vivement les auteurs des articles que nous publions aujourd’hui. Ils nous montrent la diversité des sujets qui doivent être abordés et le soin qui est mis par des hommes et des femmes passionnés dans la réalisation des programmes votés par les Conseils d’Administration de chaque entreprise.

Published:
Excerpt:

La biodiversité, un atout vital pour l’Europe, Anne-Marie Chavanon, Présidente de la Commission du développement territorial durable du Conseil de l’Europe

Tribune : Jean Mesqui, Délégué Général de l’ASFA

Introduction sur les actions en faveur de la de la préservation de la biodiversité sur le réseau de Vinci Autoroute : Pierre Coppey, Président de Vinci Autoroute

Démarche ASF de requalification en faveur de la biodiversité

Cédric Heurtebise, Responsable biodiversité, Asf / Vinci Autoroute

ASF / Vinci Autoroute, Direction de la Construction et de la Maintenance de l’Infrastructure

La protection du pique-prune : un travail sur 20 années avec de nombreux partenariats

La mise en valeur d’un vieil étang de Sologne présent dans les emprises de Cofiroute

READ MORE

Thierry Charlemagne, Chef de Projet Aménagement et Environnement, Direction de la Construction / Cofiroute

ESCOTA et la biodiversité : une préoccupation ancienne renforcée jour après jour

Samuel Maurice, Responsable Juridique Projets d'Infrastructures, Escota 

Introduction sur les actions du groupe APRR pour la sauvegarde de la biodiversité

Jean Charles Dupin, Directeur des Grands Investissement et du Développement /APRR

La biodiversité dans l’environnement des routes et autoroutes

Autoroutes et production d’une biospatialité en France : de l’A39 à l’A406 des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône/APRR

Jean-François Langumier, Délégué Prospective et Développement des Territoires, APRR

Jean-Philippe Ehrhardt, Directeur de la Construction et des Grands Investissements, APRR

Isabelle Lacharme, Responsable environnement à la Direction de la Construction, APRR

Grandes infrastructures linéaires de transport et petite faune : le projet COPAFAUNE

Jérôme Prunier - Ecosphère / Université Claude Bernard Lyon 1

COLLAPSE

N°29 – Mars 2012 – Le Grand Paris de Demain

Grand Paris de demain

Si la population de la région d’Ile de France n’a cru qu’à un rythme modéré au cours des 20 dernières années, le rôle de Paris dans le monde s’est, dans le même temps, profondément accru. Il existe aujourd’hui un décalage entre cette ambition nouvelle portée par les acteurs de la vie économique du monde et un mode de gouvernance locale hérité du passé. Dans le domaine du transport public de voyageurs, les lignes de banlieue de la SNCF ont été dessinées en leur temps pour desservir des petites villes situées autour de Paris, les RER ont accompagné la naissance des villes nouvelles, le réseau métropolitain a peu évolué, beaucoup des nouveaux centres de décision souffrent de faiblesses faute de desserte : mauvaise liaison avec les aéroports par exemple.  Les usines  étaient dans l’ensemble bien desservies par le réseau, elles ont pour beaucoup disparu, les  emplois qui leur ont été substitués, l’ont été le plus souvent en d’autres lieux,  développant l’usage de l’automobile sur une voirie qui n’avait pas été conçue dans ce but

Les classes les plus modestes de la population trouvaient à se loger en ville, elles se sont progressivement regroupées dans des logements collectifs plus confortables mais souvent très mal desservis et vieillissant mal. Le mouvement de décohabitation a accru les besoins. Au total, aujourd’hui, pour faire face à la pénurie de logements, il faut accroître de façon massive l’effort de construction, notamment dans les endroits qui seront bien desservis par les transports en commun programmés.

Les instantes compétentes étaient bien sûr sensibles à ce constat mais étaient freinées dans leurs efforts par la  rigidité des structures territoriales.

C’est le premier mérite de la démarche du Grand Paris d’avoir suscité un rassemblement d’acteurs jusque là dispersés, d’abord autour d’un projet de transport ferroviaire radicalement nouveau dans ses finalités, ensuite par le vote d’une loi qui favorise, avec les contrats de développement territorial, un changement de rythme dans la construction de logements aux endroits les mieux desservis en transports, enfin par une regard  prospectif, confié à quelques grands cabinets d’architecture et d’urbanisme, sur le Grand Paris de demain, qui a eu le mérite d’élargir les horizons de tous les décideurs.

Aujourd’hui, l’ensemble des acteurs ont intégré ces données nouvelles et ont l’intention d’occuper à plein la place qui leur est réservée. Ce numéro de notre revue leur permet d’exprimer ce qu’ils considèrent chacun comme essentiel, il prend donc sa place dans les efforts faits pour tirer le meilleur parti des moyens nouveaux.

La question du logement constitue la partie la plus difficile, le changement de rythme considéré comme nécessaire par la loi, impose des initiatives qui ne sous-estiment pas l’attachement des populations à la qualité du cadre de vie, notamment en termes de densité, qui identifient les obstacles juridiques et financiers et qui associent toutes les parties prenantes dans une démarche cohérente. La Cofhuat leur apporte son soutien

La Population d’Ile de France a, lors du débat public auquel elle a participé massivement, émis des craintes sur le respect des délais. Les prises de position qui vont suivre dans ce numéro sont de nature à la rassurer. Elle continuera sûrement à se manifester lors des consultations prévues à chaque étape des projets. Il faudra l’écouter sans perdre de vue l’objectif majeur : donner à Paris les moyens de conforter son rôle de «  ville monde ». Cela exigera, de la part de tous, du courage et une détermination sans faille.

Published:
Excerpt:

EDITORIAL

François LEBLOND, préfet, président de la COFHUAT

 

Grand Paris : faire face aux défis du XXIème siècle

TRIBUNE de Maurice LEROY, Ministre de la Ville, chargé du Grand Paris

La Mise en œuvre du Grand Paris

Daniel Canepa, Préfet de la région d'Île-de-France, préfet de Paris

 

L’accroissement du rythme de construction de logements, une priorité du Grand Paris

Jean-Paul HUCHON, Président du Conseil régional d’Ile de France

 

DOUZE CLEFS DE LECTURE POUR COMPRENDRE LE GRAND PARIS

Bertrand Lemoine, Directeur général de l’Atelier International du Grand Paris

 

INSTRUMENTS DU GRAND PARIS

 

LE NOUVEAU RESEAU DE TRANSPORT

André Santini, Président du Conseil de surveillance, Société du Grand Paris

READ MORE

 

Exigence et concertation pour faire avancer le Grand Paris Express

Etienne Guyot, Président du Directoire, Société du Grand Paris

 

Des gares au service des voyageurs et de la ville  Entretien avec Valérie Vernet, architecte, responsable de l’Unité Gares de la Société du Grand Paris

 

  • Urbanisation souterraine : AFTES
  • GARES ET DEVELOPPEMENT DURABLE PAR VEOLIA ENVIRONNEMENT 
  • LES CONTRATS DE DEVELOPPEMENT TERRITOIRIAL

Les contrats de développement territorial, nouvel outil de construction du Grand Paris

Jean-Claude RUYSSCHAERT, Directeur Régional, DRIEA IF

 

Présentation juridique du CDT

Maître Renaud Gourves

 

CDT PLAINE COMMUNE

 

LES QUESTIONS ECONOMIQUES AU COUER DU SUJET

 

Favoriser l’accès au logement pour faciliter l’accès à l’emploi

Roger Thune Directeur Logement, MEDEF

 

ARTICLE CCIP

Paris Saclay : cluster scientifique et technologique de rang mondial

Pierre VELTZ, Président-Directeur général, Paris – Saclay

 

 

BONNE GOUVERNANCE

 

Le post-débat du Grand Paris Express

Philippe DESLANDES

 

La concertation des parties prenantes, Didier SERRAT,   Rivoli Consulting

COLLAPSE

N°30 – Juin 2012 – Efficacité énergétique et économique : Objectifs 2020 – 2050

Efficacité énergétique et économique

La Cofhuat s’est penchée à plusieurs reprises au cours des dernières années sur le sujet. Elle a notamment rendu compte des avancées apportées par les textes Grenelle1 et Grenelle 2.

Le contexte a évolué depuis. La crise économique et financière qui s’est propagée dans l’ensemble du monde, semble avoir, dans l’esprit du public, un peu modifié les priorités. Les craintes qui se sont exprimées dans le domaine de l’emploi ont un peu éclipsé les sujets relatifs à l’énergie, la catastrophe du Japon a mis le projecteur sur les questions de sécurité nucléaire.

Le numéro de la Cofhuat consacré à l’énergie entend contribuer à rétablir l’équilibre entre toutes ces préoccupations.

La crise actuelle, bien loin de remettre en cause les efforts à réaliser pour économiser l’énergie et pour donner toute sa portée à la notion d’efficacité énergétique, leur apporte une nouvelle justification. Les économies réalisées dans le domaine de l’énergie jouent un rôle positif dans le domaine économique en favorisant notamment un meilleur équilibre de notre balance extérieure, les techniques et les pratiques nouvelles qui doivent être progressivement mises en œuvre favorisent le progrès et soutiennent la croissance.

Au cours des trois dernières années, les rapports du Conseil Mondial de l’Energie ont à ce sujet, rappelé les lignes de conduite qu’il convient de respecter :

Rien ne peut se faire en la matière sans une implication forte des gouvernements. Dans tous les pays du monde, une réflexion a été conduite depuis les engagements du sommet de Kyoto pour fixer un cadre juridique et dégager des moyens financiers pour l’investissement qui ne se seraient pas spontanément mobilisés s’ils avaient reposé sur la seule initiative privée.

Mais cela ne suffit pas. Un mode de gouvernance rénové doit se construire entre tous les acteurs. Les gouvernants ne peuvent obtenir des résultats que si les personnes de droit privé, entreprises comme particuliers, se mobilisent à leur côté. Pour assurer chez eux une prise de risque suffisante il faut leur assurer le maximum de sécurité, cela passe par une législation stable pendant une durée de temps suffisante, des engagements financiers des pouvoirs publics qui combinent court, moyen et long terme, cela passe aussi par une volonté d’assurer les bases d’un dialogue renforcé entre toutes les parties prenantes.

Au cours des années récentes, la France a construit un cadre juridique et financier qui répond bien à ces préoccupations. Cela a permis à de nombreux acteurs, les uns de modifier leur politique d’investissement pour favoriser dans le bâti ou les espaces dont ils ont la charge une meilleure efficacité énergétique, les autres pour approfondir la recherche tant dans le domaine des matériaux comme dans celui des automatismes afin de proposer sur le marché des produits ou des services qui fassent franchir une nouvelle étape sur la route du facteur 4.

Nous leur donnons la parole et nous apportons aussi des informations sur la place qu’occupe aujourd’hui la France dans ces débats. Notre pays n’est pas le seul à se poser ces questions, tous le font avec des techniques variées correspondant à leur situation spécifique mais les chiffres disponibles au niveau mondial montrent que nous figurons parmi les pays qui ont des messages à délivrer. Le nucléaire qui a été développé à la suite d’une décision gouvernementale des années 70, nous a donné une avance. L’accent est désormais mis sur la manière de garantir sa sécurité et sur les compléments possibles et souhaitables par le développement des énergies renouvelables. Cette diversification de l’offre doit se combiner avec une meilleure maîtrise de la demande et c’est tout l’enjeu de la politique d’efficacité énergétique. Les membres de la Cofhuat en sont tous parfaitement convaincus. Les exemples d’actions exposés dans ce numéro ont pour objet de diffuser en ces matières les bonnes pratiques.

Published:
Excerpt:

EDITORIAL

François LEBLOND, préfet, président de la COFHUAT

 

TRIBUNE Pierre DELAPORTE président d’Honneur d’EDF
L’apport du Conseil Mondial de l’Energie

NOUVELLES PRATIQUES

  • Présentation des différentes normes et labels BBC, HQE, …

Encadré « dialogue sur une méthodologie à l’usage non spécialiste

 

  • Quelques résultats du programme HOMES

 

  • Ville de futur : mixité des fonctions et efficacité énergétique

 

LOGEMENTS

  • La performance énergétique : une stratégie à 2020
  • Les pathologies liées à l'isolation dans les bâtiments existants

 

INFRASTRUCTURES

READ MORE
    • Interview : Eclairage des villes : Association française de l’Eclairage,( Michel FRANCONY, Pdt)
    • Energie connectées dans les territoires, Smart Green
  • La gare des électrons

 

 

BONNE GOUVERNANCE

  • Les territoires d’innovation : Les politiques rochelaises en matière d’efficacité énergétique
  • Contrat de partenariat de performance énergétique,       100 écoles de Paris,
  • Pilotage d’équipements énergétiques,
  • Une ville de nouvelle mesure
COLLAPSE

N°31 – Février 2013 – Les Challenges d’une mobilité durable en Ile-de-France

Couverture dunuméro 31 du "Courrier de la COFHUAT"
Editions:PDF (English)
Editorial

Comme nous l’avons dit dans le numéro de notre revue que nous avons publié sur le Grand Paris, il est important aujourd’hui de construire de nouvelles lignes de chemin de fer pour répondre à l’évolution des besoins des populations et conforter le rôle de la capitale comme «  ville monde ». Le réseau qui a été décidé d’un commun accord entre l’Etat et la Région apportera en quelques années des changements essentiels à cet égard.

Mais comme l’ont bien montré les réunions du débat public organisées dans la grande couronne parisienne, les populations qui s’y trouvent, tout en saluant l’effort proposé, ne pensent pas que cette nouvelle infrastructure répondra suffisamment à leurs besoins, le transport par route, le plus souvent en automobile, restera indispensable dans les parties les plus éloignées de l’Ile de France et les bouchons risquent de continuer à s’aggraver, ce qui va à l’encontre des objectifs affichés

L’Association Professionnelle Autoroutes et Ouvrages Routiers, membre de la Cofhuat, initie depuis de longues années des études  relatives à la circulation routière, son expérience peut être mise à profit. Les sociétés qui la composent nous ont communiqué des propositions  à partir de réalisations dont elles ont connaissance tant en France qu’à l’étranger. Celles-ci ont trait en tout premier lieu au développement  de l’intermodalité : relations entre les liaisons routières et les pôles d’échanges du Grand Paris que sont les gares nouvelles non seulement à l’usage des voyageurs mais aussi du fret, elle traitent ensuite des moyens d’assurer une plus grande fluidité  de la Francilienne considérée comme la « colonne vertébrale » de la grande couronne, elles proposent la mise en place de règles de circulation facilitant le déplacement d’autocars express à créer en grand nombre, le développement de parkings de co-voiturage, tout cela sans création de coûteuses infrastructures de transport.

Les sociétés d’autoroutes présentes en région d’ Ile de France accepteraient de prendre en charge une partie nouvelle de réseau et mettraient en place des installations  qui faciliteraient, le cas échéant, l’usage de la technique du télépéage qu’elles maîtrisent parfaitement. Elles veilleraient à l’information en temps réel des conducteurs sur l’ensemble du réseau.

Nous avons fait connaître ces propositions à un certain nombre d’acteurs concernés et d’abord à des responsables élus de la grande couronne. Tous ont tous montré de l’intérêt pour le sujet. la Cofhuat estime ainsi qu’un utile débat est engagé et peut se poursuivre

Pour que les échanges soient suffisamment fructueux, nous avons offert à d’autres parties prenantes de participer au débat, ils l’ont fait et nous les en remerciant. Leur présence dans ce numéro renforcera la réflexion conduite par un groupe de travail que nous réunirons dès les premiers mois de 2013.

Published:
Editors:
Genres:
Tags:
Excerpt:
Sommaire

 

ENJEUX

 

LA MOBILITÉ ROUTIÈRE DURABLE ET LE GRAND PARIS

PIERRE COPPEY, PRÉSIDENT ASFA

LES ENJEUX DE LA MOBILITÉ EN GRANDE COURONNE FRANCILIENNE :

CONSTATS, COMPARAISONS INTERNATIONALES ET PROPOSITIONS

ANDRÉ BROTO, DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT COFIROUTE

 

RÉPONSES DES ACTEURS CONCERNÉS :

 

- DES ÉLUS

 

LES CLÉS DE LA MOBILITÉ EN SEINE-ET-MARNE

LA MOBILITÉ ROUTIÈRE DURABLE EN YVELINES

ET LE GRAND PARIS

SOLUTIONS ORIGINALES ET NOVATRICES

 

- DES PROFESSIONNELS

 

READ MORE

L’INSTITUT VEDECOM UN NOUVEAU PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ

POUR LA R&D SUR LA NOUVELLE MOBILITÉ ÉLECTRIQUE

LES PHÉNOMÈNES ÉMERGENTS DE MOBILITÉ URBAINE

SEINE AVAL, LABORATOIRE D’UN NOUVEAU PARADIGME

DE LA MOBILITÉ EN GRANDE COURONNE PARISIENNE

DU BITUME ET DU FER POUR GRAND PARIS

DES ROUTES DU GRAND PARIS

 

RÉFLEXIONS CONNEXES DES ACTEURS CONCERNÉS

 

QUELLES INFRASTRUCTURES POUR LES MOBILITÉS DU FUTUR ?

LE SYSTÈME AUTOMOBILE DANS LE JEU DES TRANSPORTS

PUBLICS PARISIEN

LES FORMES ÉMERGENTES DE MOBILITÉ

LOGISTIQUE URBAINE : POUR UNE POLITIQUE DE MOBILITÉ

DES MARCHANDISES

LA ROUTE OPTIMODALE, TOUT LE MONDE Y PENSE

COLLAPSE

N°37 – Janvier 2016 – La relance du logement : Mythes et Réalités

La relance du logement : Mythes et Réalités

Relance Logement
Editions:PDF - Le Courrier de la COFHUAT

Au cours des dernières années, un consensus s’est exprimé sur la nécessité d’accroître le rythme de la construction de logement. La Cofhuat, rassemblant en son sein la plupart des parties prenantes, est en mesure d’analyser les différentes raisons du retard, de donner une dimension géographique au sujet et de proposer quelques orientations.

Ce numéro est le produit de notre commission logement. Nous avons rassemblé des informations provenant de sources diverses : gouvernementales, universitaires, professionnelles, pour mieux croiser les sujets à traiter.

L’INSEE doit jouer un rôle essentiel dans la collecte des informations de base : la situation est très différente d’une région à l’autre. Le manque de logement concerne en priorité la Région Ile de France, un relatif équilibre se produit dans la plupart des  grandes métropoles,  les vacances dans les logements sociaux sont en revanche très importantes  dans d’assez nombreuses villes moyennes.

Le sujet ne peut être abordé seulement dans son aspect quantitatif, la qualité du bâti de l’après guerre est une question qui se pose partout. Les efforts de l’ANRU ont permis un renouvellement du patrimoine dans des zones où la tension  quantitative s’accompagne d’une forte dégradation de l’existant. Cette dégradation concerne aussi  les zones dites « détendues », elle doit faire l’objet d’une attention nouvelle de la part des pouvoirs publics. Les objectifs de la RT2012, notamment,  doivent être déclinés  partout.

Nous avons dans ce numéro donné la parole à ceux qui peuvent afficher, en toutes ces matières, de bonnes pratiques : promoteurs, praticiens de l’habitat social, responsables d’entreprises innovantes et naturellement élus locaux qui ont su mieux que d’autres répondre aux besoins.

Les financements existent mais les maîtres d’ouvrage doivent faire face à des freins de natures variées : insuffisante maîtrise du foncier, excès de normes, opposition des populations présentes aux perspectives d’une mixité sociale dont elles ont peur. C’est en traitant simultanément  de ces différents sujets, en valorisant les bonnes pratiques,  que nous connaîtrons une amélioration de  la situation.

Un sujet s’ajoute aujourd’hui, celui de la loi ALUR dans sa partie consacrée à l’urbanisme : la suppression des surfaces foncières minimum et des COS avait pour objet de concentrer l’effort de construction dans les centres des villes, ce qui était un objectif écologiquement louable. On constate malheureusement  aujourd’hui une dérive liée à son applicabilité trop générale. Des terrains qui ne sont ni dans les centres ni dans les zones rurales deviennent constructibles alors qu’ils ne l’étaient pas dans les POS. Cela ne résout en rien le manque de logements et constitue une atteinte à l’environnement. La Cofhuat entend faire des propositions à ce sujet.

Published:
Genres:
Tags:
Excerpt:

La relance du logement : Mythes et Réalités

N°36 – Janvier 2015 – Risques naturels majeurs

Book Cover: N°36 - Janvier 2015 - Risques naturels majeurs
Editions:PDF

(Extrait de l'éditorial)

Pourquoi ce numéro de note revue sur les risques naturels ?
La Cofhuat est née du besoin de reconstruire notre pays au lendemain de la guerre. Après les  destructions massives  que nous venions de vivre, il n'y avait pas de temps à perdre. Toutes les professions engagées dans l'acte de bâtir devaient conjuguer leurs efforts, la création de notre association, à cette époque, a eu pour objectif d'y contribuer. (...)

Published:
Excerpt:

Editorial, François Leblond

Vue générale des risques naturels en France

CONNAISSANCE DU RISQUE

Retrait gonflement des argiles

Le risque sismique

Les risques terrestres : glissements de terrains, effondrement, chute de blocs

Le risque agricole

PREVENTION

La prévention des risques naturels et hydrauliques en France

Etat des investissements de prévention du risque d'inondation

Le coût de la prévention et son financement

Forêt et prévention : incendies, risques en montagne, dunes et littoral

La législation du risque, son évolution

GESTION DES CRISES

Des réseaux de distribution exposés aux aléas climatiques

Prévention géographique

Les politiques de gestion des inondation en Europe

ROLE DES REASSUREURS

READ MORE

Le régime d'indemnisation des catastrophes naturelles en France : un édifice cohérent et solide

Rôle des réassureurs publics et privés dans la gestion des risques non soumis au régime Cat Nat

COLLAPSE